Aujourd’hui, j’ai laissé pleurer mon bébé

Ça n’aura duré que 8 petites minutes, mais je les ai prises.

Les premières fois qu’une mère laisse pleurer son petit trésor, elle comprend a quel point elle a cessé d’exister dans les derniers mois, voire années. On ne le fait pas par cruauté ou par vengeance. On le fait parce que l’on a plus de force, on se donne le droit, quelques minutes de se laisser abattre. On prend le temps de respirer pour mieux répondre à ses besoins après. J’ai envie de vous dire que cette première fois est nécessaire. J’ai aussi envie de vous dire que ça fait mal.

Quand notre bébé pleure, on ressent ce tiraillement intérieur, comme une lame de couteau chauffée à vif qui nous joue dans les entrailles. Alors, de laisser ce mal durer pendant quelques minutes, c’est tout sauf plaisant. Laisser chigner bébé est une chose endurable, mais le laisser pleurer alors qu’il atteint ces notes aiguës et transperçantes, alors que l’on vient de le nourrir, de le changer, de le bercer, de le distraire… Je me suis sentie impuissante, sans réponse à ses maux, sans savoir s’il en avait vraiment.

J’ai donc décidé de le laisser pleurer. Je me suis replié sur moi-même et j’ai attendu d’être en maîtrise de mes émotions. C’est fou parce que, quand on m’avait dit qu’il valait mieux laisser pleurer bébé tout seul que de perdre le contrôle de soi-même, ça m’apparaissait tellement loin de la réalité que je m’étais imaginé. Pourtant, j’étais là, assise au sol l’autre côté de sa porte de chambre, à prendre cette décision. Je n’aurais pas fait mal à mon trésor, je crois simplement que mon état n’aurait pas servi à améliorer la situation tellement j’étais enseveli dans mon impuissance.

Donc voilà, loin de moi l’idée d’encourager les mères à laisser pleurer bébé chaque fois qu’elles en ont l’occasion, mais j’essaie plutôt de normaliser les difficultés que l’on rencontre. En pleine pandémie, il est facile de se sentir seule, à bout de ressources, à bout de calme et de patience. C’est facile de sentir la pression des mères parfaites des réseaux sociaux. C’est facile de se comparer et de penser que l’on est incompétente et stupide. Laisse- moi te dire une chose ma chère maman cernée; tu es bonne, tu fais de ton mieux et tu aimes ton enfant. C’est tout ce qui compte au final.

Alors que tu doives l’installer devant un film pour plier ton linge, que tu le places dans son parc pour finir ton travail d’université, que tu l’endormes dans la voiture parce que tu as besoin d’air. Peu importe ce que tu fais pour te sentir mieux, tout en respectant les besoins de bébé, C’EST OKAY! Je vous aime les mommys!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: